François MAYU

Errance sur le plateau aujourd’hui apaisé...


Qu’est devenu le fracas assourdissant, inhumain, onde tellurique qui balayait
ce no man’s land ?

Aujourd’hui frémissements presqu'imperceptibles, vibrations infimes qui traversent mon corps gisant là, sur le labour. Mais que n’est-ce le fruit de mon imagination ?

No man’s land
25x160x8
Eclats d’obus, schrapnels fondus

Association Artistique de Croissy 

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean